Vive la décadence!

 

100666911_o

 

Sur le plateau de On n’est pas couché, Marlène Schiappa (femme politique française)  évoquait le fait que lorsqu’elle marche dans la rue, les hommes lui rappellent d’une manière ou d’une autre qu’elle est une femme. Et comment? Juste parce qu’elle se fait draguer. Comme si le fait pour un homme de draguer une femme est une manière de la rabaisser.  Dans son livre intitulé vers la féminisation, Alain Soral expliquait la différence des rapports qui existe entre un homme et une femme à travers l’oedip. Voir l’article Le féminisme dans la cité. En somme un homme, pour sortir de la « rivalité » qui existe avec son père, doit trouver une femme avec laquelle il fera des enfants. Tout ceci dans un élan de séduction entre les deux. Mais certaines femmes ne sont pas de cet avis et trouvent qu’elles sont agressées.

 

 

 

DjaENceW0AITvAA

 

De ce fait dans le cadre des violences faites aux femmes, la justice est prête à punir un individu (homme) pour regard appuyé à l’encontre de celle-ci. Le plus hilarant étant, pendant que certaines femmes vivent mal le fait de ne  pas trouver de conjoints, d’autres s’offusquent parce qu’elles se font draguer dans la rue. À quoi bon car de toute façon le résultat sera pareil. Arrivées à un certain âge dans les deux cas, celles qui se retrouveront seules finiront par se déprécier et accepteront le 1er venu. C’est la naissance d’un autre problème car étant abandonnées à elles-mêmes, ces femmes seront plus que jamais des victimes des hommes qui verront en elles des personnes prêtes à tout pour avoir un peu de considération. Bienvenu les rapports sexuels à tout va…

 

Paradoxe, pendant que ces femmes prennent des hommes pour des obsédés sexuels, voilà que les institutions proposent du sexe aux enfants. Au Cameroun, les élèves en classe de 5ème entreront aussi dans cet engrenage consolidant les idées perverses des élites occidentales. En enseignant que les rapports sexuels par l’anus sont déviants ou en affichant l’homosexualité comme une simple déviance démontre de la volonté malsaine d’inculquer à l’enfant des idées auxquelles il n’aurait pas pensé par lui-même. Cette une technique aussi perfide que démoniaque dans  le sens où, l’instigateur prêche la bonne nouvelle en dessinant le mal sous ses différentes formes. Ainsi, il pousse le jeune élève à s’intéresser aux pratiques perverses et amorales comme lui il le fait. Le plus offusquant est de ne pas savoir le rôle que joue nos « illustres professeurs agrégés » avec leur gros  français pour souvent ne rien dire d’intéressant.

IMG-20180906-WA0115
Le fameux livre pour les élèves en classe de 5e.

 

Lorsque le mineur aura pri connaissance de ces actes ignobles, il va se questionner sur le comment de ces phénoménes. Il prendra conscience qu’il existe des gens qui en font usage. Conséquence les plus forts d’esprit sauront que ces actes ne sont pas pour eux. Tandis  que les plus faibles essayeront d’en apprendre un peu plus et seront tentés d’essayer.  Pensez-vous que l’insertion de ces programmes dans les manuels scolaires est anodine? Biensur que non… Voilà qu’en France avec la loi Schiappa, le mineur abusé devra prouver qu’il était non consentant au moment de l’agression sexuelle. S’il n’y a pas de preuve de violence ou de contrainte, ni surprise ou menace au moment de l’acte, la justice concluera qu’il s’agit « d’atteinte sexuelle » et le coupable sera relaxé. Sympa non… Si nos élites et intellectuels  africains  font abstraction de ce qui se passe à l’hexagone, il se peut que ce genre de loi arrive en Afrique plus tôt que prévu.

 

 

38077814-sourire-élève-assis-à-son-bureau-à-l-école-primaire
L’éducation sexuelle des enfants.

 

À présent l’extension de ce courant propagandiste atteint la sphère scolaire. Dès l’âge de 3 ans en France, les enfants débuteront leur éducation sexuelle. L’africain ne doit pas observer cette situation d’un air désintéressé car nous le savons maintenant, les problèmes qui touchent les occidentaux et de surcroît la France sont bien souvent ceux des africains aussi.  Qui plus est lorsqu’il est question d’éducation, un domaine aussi central. Pour comprendre le degré d’implication de l’occident dans le programme scolaire en Afrique, lisez notre article Racontes moi une histoire ( Partie 1)  Ce n’est pas étonnant pour nous autres de voir que des programmes déviants soient proposés à nos cadets aujourd’hui en Afrique.

C’est déjà la fin de notre article. Merci de vous enregistrer à notre newsletter en vous abonnant mail en dessous ou sur notre page Facebook Gonzinside. À bientôt…

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s