Internet à deux temps

Salut à vous chers abonnés,  visiteurs de notre blog. En ce jour, nous allons commenter l’abrogation de la loi sur la neutralité d’internet votée la semaine dernière aux États-Unis.  Il est question de vous présenter les conséquences d’une pareille décision sur nous consommateurs d’internet. Mais avant de le faire, je vais tenter de vous expliquer brièvement ce que c’est que la neutralité du net.

shutterstock_253261441

Le sujet est beaucoup plus important qu’il en a l’air car il nous concerne tous. Du moins… ceux qui utilisent le net. Voici pourquoi. La neutralité du net de façon simple, c’est le fait que tous les utilisateurs d’internet, où qu’ils soient, et peu importe leurs origines ont droit aux mêmes informations diffusées sur le net. (Bon à vrai dire à peu près les mêmes informations). Et jusqu’ici c’était le cas. On dit de lui qu’il est un système neutre dans la mesure où tous ceux qui sont connectés à internet ont les mêmes privilèges, y compris ceux qui sont moins nantis et ceux qui résident dans les pays moins développés. Vous allez comprendre pourquoi je fais cette précision.

 

Explicitement,  il existe ce qu’on appelle des Fournisseurs d’Accès à Internet (FAI) qui traitent toute information, quelque soit sa provenance ou sa nature sur le net avant de la redistribuer (certains de ces Fournisseurs sont privés). Dans ce cas si, aucune donnée, aucun contenu n’est considéré comme prioritaire par rapport à l’autre. En fait cette loi qui assure la neutralité du net a été officialisée sous l’ère Obama (loi qui interdisait aux fournisseurs de ralentir l’accès à internet aux clients). C’est seulement ce jeudi 14 décembre que la loi a été abrogée par la Commission  Fédérale des Communications (FCC). Le problème avec cette décision est que dorénavant nous aurons internet à deux vitesses avec d’une part, des sites qui bénéficieront de débits plus rapides parce que payant plus chers et d’autre part, des sites qui bénéficieront des débits moyens et parfois faibles car ceux-ci représenteront la concurrence aux différents opérateurs. Le constat est que l’Afrique est le continent qui va le plus en souffrir puisqu’en gros, les FAI pourront décider de ne pas diffuser un certain contenu via ses « tuyaux » estimant qu’il « n’est pas approprié » à un certain prix et donc qu’il faudra maintenant payer plus cher pour s’offrir un certain contenu.  Comme l’affirme Julie Owono la directrice exécutive de Internet sans frontières, il faudra par exemple 5 dollars de plus pour visionner des vidéos You Tube, par exemple elle a dit. Je vous invite à convertir en Fcfa, et encore ce n’est qu’une éventualité parmi tant d’autres.

5302886lpaw-5346970-article-jpg_3782943_660x287

Conséquence, les plus pauvres vont en baver et tout ça seulement pour des informations qui jusque là sont jugées basiques comme des spots publicitaires.  Je ne sais pas si vous vous en rendez compte, imaginez qu’on diffuse partout en Afrique et ailleurs sur le net des images violentes,  pornographiques, misogynes en longueur de journée… Ne me dites dites pas qu’il y a aucun incident, biensûr que celà va affecter et conditionner le raisonnement des individus. Et encore imaginez l’inverse, qu’au lieu de distribuer du contenu sur l’éducation,  la technologie,  la santé, les mutations sociopolitiques et j’en passe, que l’on vous fasse payer pour y avoir accès.  Concernant le pouvoir d’achat en Afrique généralement pas élevé ça peut impacter directement sur plusieurs domaines. Difficile à imaginer et pourtant… Ce serait un scénario désormais possible car nous rappelons que les FAI sont aussi gérés par les entreprises privées.  La répercution immédiate est que non-seulement la possibilité de voir sa connexion beaucoup moins rapide est faisable (car faudra dépenser un peu plus pour un certain contenu), et en plus une bonne partie de la population sera appelée à consommer des données de moindre importance et ou décidées uniquement  par les opérateurs.

SAve-Net-Neutrality-533x261

En effet, c’est grave. Vous avez bien compri, c’est deux courants de pensées qui s’affrontent. Il y a ceux qui pensent que internet est un bien privé et donc que ce sont les FAI ou opérateurs qui doivent décider du contenu à diffuser sur le net. Et de l’autre côté,  ceux qui pensent que internet est un bien public, donc pas de filtrage du contenu et de ce fait tout le monde est au même pied d’égalité. Ce qui était le cas avant l’abrogation de la loi sur la neutralité du net. Mais ne dramatisons pas… Pour rester optimiste il faut juste penser que les ONG américaines en premier, et les différents organismes comme Internet sans frontières à  travers les textes, ne se laisseront jamais faire car combattront à coup sûr tout genre d’abus potentiels que présenteront l’abrogation de la loi sur la neutralité du net.

Et bien… Nous sommes arrivés à la fin de notre article. Si vous avez apprécié, merci de partager au maximum. Je vous dit à très bientôt pour un nouveau billet…

Publicités

2 réponses

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s