Racontes moi une histoire ( Partie 1)

 

Salut à tous chers abonnés, visiteurs de notre blog. Il est question  dans cet article de commenter de la pertinence des manuels scolaires africains. Pour le faire, il est nécessaire  que je vous présente une société , même si ce n’est que de façon sommaire.  Avez vous déjà entendu parler du groupe Lagardère? En fait il s’agit d’une grande entreprise multimédia en France et de fait l’un des leaders mondiaux de l’édition. Vous connaissez les livres Hachette, Grasset, dictionnaire Larousse, le magazine Elle... Ce sont là quelques oeuvres de Lagardère. Alors, pourquoi je vous parle de Lagardère dans le système éducatif africain? C’est tout simplement que pour moi il y existe une corrélation. Je vous explique pourquoi.

Siege-Lagardere-Active-Levallois-Perret-Hauts-Seine_0_730_483

Depuis le début des indépendances dans la plupart des pays noirs francophones, le système éducatif dépend de la métropole car nos livres ne sont pas édités sur place, c’est pas nous qui choisissont nos programmes, que ce soit en mathématiques, sciences de la vie de la terre, technologie. C’est pas nous qui décidons du contenu qui se trouve dans les manuels d’histoire aussi. Et je trouve que c’est là le plus grave. Si l’histoire n’est pas racontée par les africains eux même, c’est clair qu’il y aura des soucis d’imprégnation et parfois de fausses  vis-à-vis de la personne qui raconte. Prenons juste un exemple à titre illustratif. Disons, vous vous baladez dans un quartier qui n’est pas le votre, et vous vient le besoin d’acheter quelque chose dans une boutique car vous avez un peu faim ou pour une autre raison. Et puis le vendeur dans la boutique où vous vous rendez, c’est moi. Sur le point de passer votre commande, un malfrat fait éruption dans la boutique et brandit un pistolet. Par réflexe je m’agrippe sur lui et son arme tombe au sol. C’est alors que vous vous jettez au sol en 1er pour récupérer l’arme et finalement on cesse de se bagarrer et le bandit est neutralisé. D’après vous, qui de vous où de moi est héroïque? Ce qui est sûr, nous l’avons tous été. Mais l’histoire ne sera pas racontée de la même façon par vous et moi. Vous, le client dans cette histoire, pouvez raconter la scène en disant que c’est vous le héros,  que finalement si vous n’aviez pas ramassé l’arme le 1er, le bandit aurait pu arriver à ses fins, ou tout simplement que vous êtes là personne sans laquelle le dénouement ne serait pas arrivé et de ce fait que moi le commerçant  j’étais un acteur secondaire. Et moi le commerçant, je peux raconter l’histoire en disant que sans mon geste sur le bandit rien ne se serait passé, que je suis courageux et donc c’est sur moi que tourne finalement la scène. Vous voyez ce que je veux dire…C’est ce qui se passe lorsque l’histoire est racontée par quelqu’un d’autre que soit même. Or la vérité se retrouve dans les deux versions. Précisons que dans ces possibilités de réponses, nous avons écarté l’exagération qui peut survenir et donner une toute autre connotation à la scène. Ça en dit long…

4e2aw

Pour revenir à notre sujet,  Lagardère est d’abord une entreprise française. Hachette est un groupe d’édition appartenant au groupe Lagardère. Et nous savons par ailleurs que Hachette et Edicef sont les éditeurs par excellence des manuels scolaires africains. Aussi objectif qu’il puisse être, le narrateur ne peut pas raconter l’histoire sans se donner de l’importance, sans se mettre en avant. Sinon au moins un minimum… Il est donc possible  que l’histoire racontée dans ces manuels ne soit pas exactement pareil, ou qu’elle soit modifiée, ou qu’elle prête à donner plus de crédit à l’occident en le mettant au 1er plan, au centre de notre propre histoire ou finalement de son histoire aussi puisqu’il est acteur. Il faut savoir que les livres d’histoire sont réalisés sous la coordination d’un historien français de chez Hatier ( Hatier qui est affilié à Hachette, donc techniquement historien du groupe Lagardère) et que bien souvent les historiens africains qui donnent leur approbation (signature) du livre sont anonymes. L’histoire d’un peuple peut-elle être racontée par un étranger et être authentique? Je ne pense pas. Prenons l’exemple de la colonisation, en ce qui concerne le cinéma avec les films hollywoodiens. A chaque fois qu’un peuple se rend en territoire étranger, combien de fois au la rencontre au 1er abord avec les autochtones est pacifique? Pour dire vrai zéro fois. A peine les visiteurs posent leurs pieds en territoire étranger que les flèches affluent vers eux. J’imagine un peu l’accueil qui pouvait y exister au 15ème siècle avec les indigènes du continent américain et au 19ème siècle avec l’Afrique. Donc lorsqu’il est écrit dans les manuels scolaires que la rencontre entre les colons et les autochtones fut pacifique et donc que nous voulions de leur présence sur les côtes… Hmm j’avoue avoir des doutes. Surtout qu’arrivés sur le rivage, par analogie il est plus que probable voire certain qu’ils étaient déjà eux même  armés jusqu’aux dents. Leurs propres films, séries et autres nous le montrent aussi, jamais ça se passe avec des câlins dès le premier contact. En moins que leurs films n’aient aucun rapport avec la réalité… Chose impossible. Oubliez ces histoires avec les missionnaires bibles et chapelets en main. Eux ils n’interviennent que lorsque tous les autres moyens aient été utilisés. On se comprend… Pensez juste à Christophe Colomb avec la découverte de l’Amérique et demandez vous qui sont les vrais occupants de ce continent et où sont-ils passés? Si l’histoire que nous lisons n’est pas racontée par les africains, alors les manuels scolaires sont-ils seulement fiables? Et vu que ce sont les européens qui l’écrivent, quel(s) but(s) ils recherchent si seulement il y en a un?

J’estime que l’histoire d’un peuple doit être racontée par le peuple lui même. Dans le souci de ne pas vous rendre un article trop long, nous avons décidé de vous le présenter en plusieurs parties.

Si vous avez aimé notre article, partagez, commentez, likez notre page. A bientôt pour la suite…

 

 

Publicités

1 réponse

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s