La population en transe, le Zanu-PF exulte, fin du règne Mugabe

1a43a18270b492b6c47d38cda3965efce08db22c

Tout commence le 6 novembre 2017 avec le limogeage du vice président Emmerson Mnangagwa présumé comme le successeur de Robert Mugabe. Alors Mugabe est victime d’un coup de force par son armée et est assigné à résidence car l’armée estime qu’il s’agit d’une manœuvre du président d’empêcher son plus proche collaborateur de se présenter dans la course aux prochaines présidentielles. Ce coup de force de l’armée va conduire à des arrestations dont celle du ministre des finances et d’autres proches du président Mugabe mais sans effusion de sang. Il est question à ce jour de calmer les tensions car l’on a dépêché deux émissaires venant d’Afrique pour amener le président à démissionner. Mais pour l’instant le président n’entend pas parler de démission . Alpha Condé le président de la République de Guinée a pour sa part condamné les actes des militaires pour ce qu’il voit comme un coup d’état.
Le vendredi 17 novembre le président Robert Mugabe se rend à une université de Harare pour une cérémonie de remise de diplômes. L’armée en profite pour taire les rumeurs de coup d’état car le président reste chef des institutions. Toutefois les négociations restent en cours car en ce jour un nouvel émissaire fait son apparition et ce n’est pas n’importe qui, puisqu’il s’agit du confident de Robert Mugabe (un prêtre ).

Nous sommes le samedi 18 novembre, les critiques augmentent, la population marche dans les rues avec des messages qui offusquent le président. Robert Mugabe se sent de plus en plus seul car au sein même de son parti il est décrédibilisé. Il est abandonné par ses alliés traditionnels à l’instar des anciens combattants et les sections régionales de son propre parti la Zanu-PF qui l’ont lâché la veille. Le chef des anciens combattants de la guerre d’indépendance du pays Christopher Mutsvangwa a appelé le président à démissionner pour l’ex vice président Emmerson Mnangagwa qu’il soutient. Sans oublier que l’armée pistonne aussi du côté de l’épouse du président Grace Mugabe qui a des ambitions politiques et voudrait de ce fait succéder à son mari. La situation au Zimbabwe ne semble pas laisser de marbre les États-Unis car le secrétaire général à la maison blanche Rex Tillerson a réagi en laissant entendre qu’il faut que le pays retrouve un pouvoir civil en accord avec la constitution.

Manifestation-contre-president-Mugabe-Bulawayo-dans-ouest-Zimbabwe-16-juillet-2016_0_730_486

 

Le dimanche 19 novembre, le parti politique de Mugabe exige que la démission de celui-ci se fasse au plus tard le lundi 20 novembre à midi. Sauf que très attendu sur le discours qu’il a en ce jour à la télévision nationale, il ne mentionne pas la démission et compte même présider le prochain congrès de son parti en décembre.

zimbabwe_manifestants_mugabe_robert_demission_parlement_harare_0

Nous sommes le lundi 20 novembre, le jour où le président doit prononcer sa démission, le suspens augmente en ce jour, la jeune population et l’ensemble des membres du parti Zanu-PF attendent avec impatience la démission de Mugabe faute de quoi une mesure de destitution que prévoit la loi sera amorcée. Ils devront encore attendre une fois de plus car le président semble ignorer l’ultimatum lancé par son parti. Seulement, cette date passée, les députés et les sénateurs de la Zanu-PF se rassemblent pour entamer la procédure de révocation du président à la tête du parti. Un peu contre toute attente, le mardi 21 novembre, Robert Mugabe démissionne au parlement alors que les députés se réunissaient encore pour débattre de la destitution de ce dernier. A 17h, le président prononce un discours où je cite « Moi Robert Mugabe remets formellement ma démission ». Après 37 ans de pouvoir, il aura vécu toutes les émotions. D’abord considéré dans ses débuts comme le héros de L’indépendance de son pays, ces dernières années la population Zimbabwéenne lui portait peu d’estime. Mais il laisse à l’annonce de sa démission beaucoup d’émotions parmi les manifestants. Désormais, tous les regards vont se tourner vers le vice président sortant Emmerson Mnangagwa qui s’est exilé lors de son éviction du parti.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s